Les enjeux

La croissance démographique

La croissance démographique constitue un enjeu majeur à relever pour les deux régions Bretagne et Pays de la Loire. En effet, leurs populations sont appelées à augmenter de près de 20% d'ici à 2040. Il faudra alors répondre aux besoins croissants de mobilité engendrés par cette population supplémentaire. La démographie du territoire est également marquée par deux phénomènes de fond : une disparité dans son peuplement et la périurbanisation notamment autour des métropoles du territoire. Il faudra également prendre en compte les changements de cadre de vie et de mobilités qu'entraînera l'urbanisation du territoire dans le projet à l'horizon 2030.

Densité de population
Source : L'Ouest et le rail - Enjeux et prospective
Le territoire du périmètre d'étude du projet LNOBPL est marqué par les métropoles qui polarisent le territoire et le réseau breton de villes intermédiaires qui maillent son territoire.

Une forte croissance démographique à l'horizon du projet

Le territoire concerné par le projet de Liaisons nouvelles regroupe plus de 6,9 millions d’habitants. Les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire devraient bénéficier d’un très fort accroissement de population dans les prochaines années selon l'INSEE d'ici à 2040, avec une augmentation de + 1,4 million d’habitants (+20%). Ainsi, les régions Bretagne et Pays de la Loire atteindraient respectivement 3,9 et 4,4 millions d'habitants.

Accroissement de la population  
Accroissement de la population
Source : Insee, OMPHALE
Les deux régions se dégagent clairement du reste des régions françaises par leur dynamisme démographique.

Dans le même temps, ces projections prévoient une évolution de la population limitée à 11% pour l’ensemble de la France métropolitaine indiquant un dynamisme démographique certains des deux régions. Cela s'explique notamment par l'attractivité des littoraux français dont bénéficieraient les deux territoires. Ce dynamisme sur le plan démographique s'explique donc à la fois par un solde naturel positif mais surtout et plus encore par le solde migratoire notamment en Bretagne. Cette hausse de plus de 25 % par rapport à la population de 2008 les placerait aux 3e et 4e places en termes de dynamisme démographique.

En détail au niveau départemental, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique et la Vendée afficheraient les plus fortes croissances et on trouve à un niveau légèrement moindre le Morbihan, les Côtes-d’Armor et le Finistère. Les deux aires urbaines de Rennes et Nantes sont particulièrement concernées avec une croissance moyenne annuelle respective de 0,9 % et 0,7 % sur la période 2007-2032. Rennes et Nantes se placent ainsi parmi les 25 métropoles européennes les plus dynamiques démographiquement.

Une population inégalement répartie

Cette vitalité démographique n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire des deux régions. Elle concerne d’abord le littoral avec une croissance moyenne de 1,5 % par an, nettement supérieure à la moyenne régionale et nationale. Elle est encore plus marquée sur le littoral sud de la Bretagne que sur celui du nord. Enfin, elle est très forte autour de Vannes et se prolonge avec force vers le littoral vendéen.

Structure des âges
Source : L'Ouest et le rail - Enjeux et prospective
On observe sur ces deux cartes la concentration des plus de 60 ans sur les bandes littorales ainsi que le centre Bretagne et une concentration des moins de 20 ans autour des principales agglomérations du territoire.

Cette vitalité démographique est essentiellement alimentée par les migrations et principalement celles liées à la retraite. Les plus de 60 ans sont plus représentés sur la côte qu’ailleurs.

Cette croissance démographique se diffuse sur une bande de 20 à 30 kilomètres à l’intérieur des terres, notamment en raison de prix de l’immobilier inférieurs à ceux du littoral. Le mitage urbain* devient une caractéristique des paysages littoraux bretons et vendéens, de nature à remettre en cause leur attractivité. Par opposition au littoral, le centre de la Bretagne est en retrait avec des densités faibles, des évolutions de population faibles voire négatives.

* Le mitage urbain correspond à l’installation progressive de bâtiments, notamment des maisons individuelles, par exemple sous la forme de lotissements, dans un paysage rural. Il participe d’un phénomène de grande ampleur qui est celui de l’étalement urbain, aussi désigné par le terme de « périurbanisation ».

Une forte croissance autour des villes et surtout des métropoles (augmentation de la périurbanisation)

La croissance démographique concerne aussi un axe central Nantes-Rennes. Dans les deux capitales régionales, la population croit dans les centres-villes mais aussi et surtout en périphérie de celles-ci (on parle de phénomène de péri-urbanisation). la croissance autour de ces villes est très importante même si il y a toujours beaucoup de monde dans le centre des villes, en particulier à Rennes. Cette croissance par l’étalement urbain explique pourquoi les deux aires urbaines de Nantes et Rennes se rejoignent presque aujourd’hui.

Phénomène de périurbanisation
Source : L'Ouest et le rail - Enjeux et prospective
La population des périphéries des grandes agglomérations augmente tandis que les centres stagnent ou se dépeuplent.

Ce phénomène de la croissance périurbaine ne concerne pas uniquement Nantes et Rennes mais aussi toutes les autres grandes villes régionales. Une différence majeure caractérise cependant ces dernières : leur centre-ville se dépeuple. C’est le cas notamment des villes de Brest, Lorient, Saint-Brieuc ou Saint-Nazaire qui sont confrontées à un problème d’attractivité de leur centre-ville afin de pouvoir y accueillir des populations

Maîtriser l’urbanisation générée par cette croissance sera un défi à l'avenir

La croissance démographique actuelle et future est un signe évident du dynamisme régional mais cela a un impact sur l’offre de transport. Certains territoires, notamment ceux de la Bretagne intérieure, restent à l’écart de ce mouvement de croissance démographique. Cela se traduit par un vieillissement des populations plus accentué qu’ailleurs. Pour autant, l’enjeu de leur desserte ne peut pas être ignoré sauf à accentuer encore un peu plus leur isolement.

La croissance démographique est essentiellement urbaine. Mais elle se fait aux marges des villes par un très fort étalement urbain. Ce dernier, s’il n’est pas maîtrisé, peut dégrader rapidement le cadre de vie de ces régions, notamment de leurs territoires les plus dynamiques (littoraux, métropoles). En effet, il se traduit par une forte pression foncière qui accentue les inégalités sociales. Il repose sur une forte dépendance à l’automobile pour les déplacements quotidiens. La congestion routière concerne déjà les périphéries de Nantes et Rennes. Elle pourrait demain frapper beaucoup plus lourdement les littoraux qui, pour l’instant, ne souffrent de saturation que pendant la période estivale.

Le cadre de vie est une des sources majeures de l’attractivité des deux régions. La maîtrise de l’urbanisation est donc un enjeu essentiel, non seulement pour préserver l’attractivité de ces territoires mais aussi pour en garantir l’harmonie sociale. La structuration d’un réseau de transports collectifs performant et organisé autour de pôles d’échanges multimodaux peut contribuer à répondre à cet enjeu et à mieux maîtriser l’étalement urbain. Mais cette structuration dépend aussi d’une coordination étroite entre les projets de transport et les politiques locales d’aménagement, notamment en matière d’urbanisme. 
 

Le projet LNOBPL tente de répondre à cet enjeu, en interrogeant les mobilités notamment du quotidien, il permet d'interroger les différents acteurs du territoire sur les déplacements de demain et l'attractivité de demain. Par le biais du renforcement des axes ferroviaires principaux du territoire, il permettra un maillage renforcé du territoire ainsi que la mise en place d'un réseau en capacité de répondre à la demande croissante en transports collectifs qui ne cessera de croitre dans les années à venir. Ainsi, le projet LNOBPL permet une amélioration du service ferroviaire, grâce à des temps de parcours réduits, des fréquences possibles augmentées, des liaisons régionales performantes et une connexion aux nœuds ferroviaires de Nantes et Rennes renforcée pour faciliter les déplacements des habitants de demain.