Les défis de mobilité

Cette section vous donne les clés pour comprendre la réalité de la mobilité actuelle sur les territoires dans le périmètre du projet LNOBPL mais également les prévisions quant à son évolution au cours des prochaines années et décennies.

La mobilité sur le territoire du projet

Chaque jour, les résidents du périmètre du projet LNOBPL effectuent :

  • Près de 14 millions de déplacements courts (inférieurs à 80 km) ;
  • Environ 140 000 déplacements longs (supérieurs à 80 km).

Les déplacements longs ne représentent donc qu’une petite fraction de la mobilité des résidents du périmètre d’étude: environ 1% du nombre de déplacements effectués. Pour autant, en matière de distance parcourue, le poids de la mobilité à longue distance est loin d’être négligeable : il est de 30%.

Il est donc important d’étudier en détail les deux composantes de la mobilité (courte et longue distance) pour comprendre les besoins de déplacements sur un périmètre comme celui du projet LNOBPL.

Les mobilités courte distance (< 80km)

+ Près de 14 millions de déplacements quotidiens (du lundi au vendredi) au sein du territoire effectués par les 4,1 millions de résidents du périmètre d’étude âgés d’au moins 6 ans.

+ Soit une moyenne de 3,39 déplacements par personne au quotidien. En détail :

  • 19% sont consacrés aux mouvements entre le domicile et le lieu de travail ;
  • 11% aux mouvements entre le domicile et les lieux d’études ;
  • 51% aux trajets entre le domicile et un autre lieu ;
  • 19% sont des déplacements secondaires, c’est-à-dire qu’ils n’ont le domicile ni en point de départ ni en point d’arrivée.

+ La voiture est le mode de déplacement privilégié au sein du territoire tandis que les transports en commun (transports en commun urbains ou du train) sont peu utilisés (4%).

+ Avec environ 14 000 déplacements par jour, le train reste utilisé de façon marginale (environ 0,1%). De ce point de vue, le périmètre du projet ne se distingue pas du reste de la France (hors Île-de-France).

Mobilités locales
Mobilités locales

 

Les mobilités longue distance (> 80km)

+ En moyenne, les habitants du périmètre d’étude réalisent 6,2 voyages à longue distance par an, ce qui est légèrement moins que la moyenne des Français.

+ Sur le périmètre du projet, les ¾ des déplacements longue distance sont réalisés pour des motifs personnels tandis que les déplacements professionnels ne concernent donc qu’un quart de ces voyages.

+ Comme pour la mobilité de courte distance, la voiture est le mode privilégié avec 77% des déplacements réalisés avec ce mode de transport.

+ Le train est cependant le deuxième mode qu’ils utilisent le plus, pour 13% de leurs voyages.

Mobilités longue distance
Mobilités longue distance

 

Quels usages du mode ferroviaire sur le territoire de projet ?

 

Même si le train n’est utilisé qu’à la marge pour les déplacements quotidiens (diffus sur le territoire de projet), il trouve toute sa pertinence dans les zones denses où les flux de voyageurs sont importants. Ainsi, la fréquentation est importante autour des métropoles notamment Nantes et Rennes.

En parallèle, sur les longues distances, l’usage du train diminue à mesure que l’on s'approche du bout du réseau en Finistère. La charge des lignes ferroviaires est ainsi fortement conditionnée par le nombre de voyageurs TGV notamment vers l’Ile-de-France et les autres régions françaises, et logiquement celle-ci s'amenuise d’est en ouest à la faveur des dessertes intermédiaires.

Fréquentation ferroviaire par jour en 2009
Fréquentation ferroviaire par jour en 2009

Quelles évolutions à venir pour le transport ferroviaire sur le territoire du projet

A la faveur de la mise en service de la LGV BPL jusqu’à Rennes et le développement de l’offre de trains TER ainsi que de la croissance de la population, les études de trafic prévoient l'accroissement important de l’usage du train sur le territoire à l'horizon 2030 :

  • Les lignes reliant le territoire au reste de la France (à l’Est de Rennes et Nantes) vont voir leur fréquentation augmenter de plus de 50%.
  • La fréquentation des lignes Rennes – Brest et Rennes – Quimper va augmenter de plus de la moitié (+80% sur certaines sections).

A cet horizon, le système ferroviaire absorbera l’augmentation de la fréquentation mais se trouvera aux marges de ses limites techniques et de son niveau de service, avec peu de possibilités d’évolution si rien n’est fait.

Fréquentation ferroviaire par jour estimée en 2030
Fréquentation ferroviaire par jour estimée en 2030

 

- Pour en savoir plus

 

Afin de mieux appréhender la place du ferroviaire et son domaine de pertinence dans les mobilités, un contenu supplémentaire est proposé traitant des spécificités du mode ferroviaire, de ses atouts comme de ses limites.

  Les spécificités du ferroviaire

Une note a également été élaborée pour préciser les enjeux de mobilité actuels et à l’horizon du projet.

  Consulter la note Enjeux de mobilité